22/04/2011: «On a besoin de réagir» - Hubert Reeves


L’astrophysicien Hubert Reeves n’est pas le plus grand partisan du Parti conservateur.

À l’approche des élections fédérales, l’auteur et conférencier ne se fait pas tendre envers le gouvernement Harper lorsqu’il est question de parler d’écologie.

«Je suis les élections présentement et je me demande quel va être le prochain gouvernement et quelle sera son attitude par rapport à ces questions d’écologie, a-t-il dit en entrevue au Journal de Montréal, parce que le précédent gouvernement Harper était plutôt inconscient de ce qui se passait en encourageant l’extraction de pétrole dans les sables bitumineux.»

«Jusqu’à ces dernières années, le Canada était considéré comme un modèle sur le plan de l’écologie et de l’environnement. Aujourd’hui, il est devenu le plus mauvais élève. Les États-Unis ont réagi en passant de Bush à Obama, mais le Canada ne donne pas beaucoup de signes positifs.»

Parmi les partis dans la course aux présentes élections, Hubert Reeves mentionne que le Bloc Québécois est celui qui a la plateforme environnementale la plus valable.

«J’ai rencontré Monsieur Duceppe et je crois qu’il est très éveillé à ces problèmes. Entre messieurs Ignatieff et Harper, même si je n’ai pas bien suivi leurs campagnes politiques, je n’ai pas eu l’impression que ce sujet était devenu un enjeu électoral important au Canada.»

Selon Hubert Reeves, le nouveau gouvernement en place devra prendre des mesures importantes face à l’énergie.

«Il faut penser à l’énergie pour demain, pour dans quelques décennies. On sait que le pétrole est en train d’être épuisé et je ne suis pas pour le nucléaire. Il faut être prêt pour avoir une énergie de substitution. Le meilleur choix, ce sont les éoliennes et le photovoltaïque [énergie solaire]. C’est là que devraient être concentrés tous les efforts.»

 

Contre les gaz de schiste

«Le Québec fait des efforts intéressants, mais je ne pense pas que ce soit satisfaisant. La preuve, c’est qu’on est encore à discuter du gaz de schiste sans se rendre compte que c’est précisément la mauvaise voie. Le gaz de schiste signifie plus d’émission de gaz carbonique et le réchauffement planétaire. Les manifestations de réchauffement que l’on voit démontrent que l’on va droit dans le mur.»

Hubert Reeves vient passer environ deux mois annuellement au Québec pour des conférences et il a constaté que les jeunes étaient grandement mobilisés au niveau environnemental aujourd’hui.

«Ils mettent de la pression sur le gouvernement et sur leur direction d’école pour avoir de la nourriture bio, du compostage et du recyclage. Il y a beaucoup d’éveil. Les gens sont prêts à prendre position. On l’a vu pour le gaz de schiste, le Suroît et le Mont Orford. Ce sont tous des cas où l’on a vu des populations qui n’auraient pas réagi, il y a 20 ans.»

En ce Jour de la Terre, Hubert Reeves trouve qu’il est important de rappeler aux gens la situation alarmante de la planète. «Notre pauvre planète est bien mal en point. On a besoin de réagir rapidement si on ne veut pas que les conditions de vie de nos enfants et de nos petits-enfants continuent à se détériorer. Le futur de l’humanité est inquiétant.»



La source ici 
 

 

 



22/04/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 171 autres membres