18/04/2011: Aveyron: Haro sur le gaz de schiste



EVA TISSOT


 

Ce week-end, les opposants au gaz de schiste se sont mobilisés un peu partout en France. Hier, sur les contreforts du Larzac, à Nant (Aveyron), localité qui a donné son nom à l’un des permis de prospection déjà délivrés par le gouvernement, une manifestation festive à laquelle participait le député européen José Bové a attiré 8 000 personnes selon les organisateurs, et 4 000 ou 5 000 selon la gendarmerie.

Le chef de file de la contestation a appelé à manifester devant l’Assemblée nationale les 10 et 11 mai au moment où les députés examineront un texte de loi sur la question. « Le peuple doit être devant l’Assemblée pour que les élus tiennent promesse, a-t-il dit après avoir souligné devant la foule que cette journée de mobilisation est en train de (...) changer la donne. Je suis sûr que tous les ministres savent ce qui est en train de se passer à Nant, je suis sûr que tous les députés nous observent. »

Soutenu par une trentaine de maires et de conseillers généraux venus des quatre départements concernés par le permis de Nant (Gard, Aveyron, Lozère et Hérault), José Bové a également signifié au gouvernement, dans un esprit rappelant celui des grandes luttes du Larzac, qu’il ne s’en tirerait pas sans une abrogation claire et définitive des permis d’exploration et d’exploitation des gaz et des huiles de schiste. « Cette loi devra être sans aucune ambiguïté et stipuler clairement le rejet des techniques d’exploration par fracturation hydraulique, l’une des grandes causes de préoccupation causées par la recherche de gaz de schiste. »

André Vezinhet, enfant du pays et président du conseil général de l’Hérault, est également monté à la tribune pour manifester sa méfiance vis-à-vis du gouvernement et rappeler les dangers des techniques d’exploration qui pourraient peser sur le réseau hydrographique de cette vallée aux trois rivières. « L’eau est ici d’une qualité exceptionnelle, a-t-il indiqué. C’est une richesse de l’humanité, personne n’a le droit de la saccager. »

Toujours au cours de ce rassemblement, l’eurodéputé José Bové a précisé que « même avec l’abrogation des permis d’exploration déjà délivrés, il faudra rester mobilisé pour la réforme du code minier, qui est archaïque puisqu’il date de 1956 et qui ne contient aucune disposition sur la protection de l’environnement et de l’eau ou sur la consultation des populations ».

Face au vent de fronde qui s’est levé au cours de ces quatre derniers mois, le Premier ministre François Fillon a annoncé l’annulation des permis déjà accordés tout en laissant la porte ouverte à une exploitation future des gisements via d’autres techniques. L’examen d’une proposition de loi, selon la procédure d’urgence, est d’ailleurs prévu en ce sens, le 10 mai.

 

La source ici

 



18/04/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 175 autres membres