06/04/2011: Gaz de schiste : LE PUIT DU FOU!


Gaz de schiste : LE PUIT DU FOU !

"La France peureuse : après les OGM, le gaz naturel de schiste", c'est comme cela que s'intitule l'article publié sur le blog des "Jeunes pour la France de Normandie", une émanation assez nauséabonde, non pas de notre cher camembert national, mais du Mouvement Pour la France de Philippe de Villiers :

http://jpf-normandie.hautetfort.com/archive/2011/04/06/la-france-peureuse-apres-les-ogm-le-gaz-naturel-de-schiste.html

Habitué à se distinguer, le MPF n'a pas manqué là une possibilité inespérée de se démarquer de quasiment toutes les autres formations politiques (NPA, PG, EELV, PS, MoDEM, UMP, FN) réunies, il est vrai, en une impressionnante brochette, et de créer une "fracturation" sinon hydraulique, du moins politique, destinée à produire en retour de juteuses remontées pétro-dolaro-électoralistes. Puisqu'ils sont les seuls à préempter sur ce terrain là !

Alors, le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ?

Après avoir rappelé qu'on ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs : "Cette exploitation nécessite de grandes quantités d’eau et peut poser des problèmes de pollution. Mais existe-t-il une énergie sans défaut, même en France ? Les mines de charbon : 1200 morts à Courrières en 1906, sans compter les centaines de milliers de silicosés. L’hydraulique : 500 morts du barrage de Malpasset en 1959 (...)", l'article rappelle que le photovoltaïque et l’éolien ont "des coûts de 3 à 10 fois plus élevés" et finit par l'interrogative avec "le nucléaire ?", puisque visiblement, les comptes ne sont pas encore arrêtés à l'heure qu'il est...

En d'autres termes, le MPF préconise d'essayer les gaz de schiste, et si ensuite on se rend compte que cela n'a pas fait plus de morts et /ou de dégâts écologiques (et économiques) que le nucléaire, eh bah ...c'est qu'on aura eu raison ! C'est cela ce que l'on appelle l'esprit de responsabilité dans la formation politique de M. Philippe de Villiers ! Et dans la foulée, fi du "principe de précaution" dont on dénonce les "dégâts" ! Ce "manque de confiance des dirigeants" qui est "propre à notre pays".

Mais ce coup de poker électoral risque bien de tourner court, lorsque les dirigeants du MPF devront se ranger à l'évidence devant le probable abandon de cette technique polluante au profit d'énergies plus recevables.

A commencer par les Etats-Unis et le Canada, à la pointe de l'exploitation mais aussi de la contestation. Et si les Etats-Unis commencent à lacher, ce n'est peut-être pas en Pologne qu'il faudra aller, mais sans doute jusqu'en Chine - pour trouver un prolongement à pareille folie !

En attendant, le "Fou du Roi" veut sont puits !

Eh bien qu'on le lui donne ! Dans son jardin de préférence, et qu'on lui octroit en même temps les compensations demandées, puisque selon cet article : "les sites et les populations qui accueillent des mines ou des établissements polluants n’en tirent qu’un avantage mineur. Ceux qui les refusent ne sont en rien pénalisés".

Il sera toujours temps, une fois que la pollution aura disséminé son poison irréversible, de philosopher sur le "puits du fou" - et de méditer cette phrase d'un grand chef indien : "quand l'homme blanc aura fini de polluer jusqu'à la dernière goutte d'eau, il comprendra que l'argent ne se mange pas !"

La réponse d'un riverain de Donnemarie-Dontilly, qui habite à moins de 4 km d'un groupe de 3 puits en attentes de fracturations hydrauliques !

 

La suite ici



06/04/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 175 autres membres